Publié le

R. D. C.

casque bleu

Une des croyances fortes héritées du colonialisme, et surtout de la décolonisation, fut que le Congo allait enfin devenir un pays, une nation comme les autres, qu’il ne serait plus un territoire, mais un état. Dès le départ, cependant, il se transforma en néocolonie, il fut écrasé par une prédation intolérable, inacceptable, « naturelle », et sans doute, était-il difficile de concevoir une autre solution.char_et_fleur

Aujourd’hui, cependant, le Congo (R.D.C.) est un état. C’est un pays dévasté, certes, par un conflit odieux, mais qui a su instaurer une démocratie. Je ne partage pas du tout les préjugés de ceux qui pensent que les élections de 2011 ont été un échec. J’aurai plutôt tendance à partager le point de vue de Noam Chomsky sur la démocratie en Haïti, et à appliquer la même lecture des faits au Congo, quand bien même les choses furent assez différentes. Sur un autre plan, la plus grande partie du Congo vit en paix. Cette paix se construit malgré tout, en partie, grâce à Joseph Kabila. Mais on dirait que cela suscite de la jalousie. Le Congo suscite encore beaucoup trop la convoitise. La paix est infiniment fragile. Et elle semble encore conditionnelle. De quoi quoi vivraient les pays dits occidentaux industrialisés s’il n’y avait plus de tiers-monde, et surtout de guerres dans le tiers-monde? A quand une communauté d’états enfin tous égaux et libres.. et décidés à affronter le réchauffement climatique et les autres fléaux intolérables. L’on sent bien que certains veulent empêcher en fin de compte une telle égalité de fonctionner. Ils ne la croient pas possible. Ils n’ont de cesse d’imposer de nouveaux modes de domination. Ils ne sont pas quitte de leurs pulsions autoritaires terriblement destructrices. Ils instrumentalisent les organes représentatifs de cette communauté internationale principalement au moyen du Conseil de sécurité.

Par moment, on dirait que l’on se dirige vers la mise en place d’une sorte d’organisation, de vaste état de l’Atlantique Nord. Des organes sont chargés d’administrer pour son compte les autres régions du monde. Et il menace des pires représailles celles qui lui résistent. Les choses ne sont pas réglées. Et elles ne se règleront jamais. Les mécanismes et règles régissant des rapports de dépendances sont extrêmement défavorables aux peuples de couleur comme on les appelle. Une justice aux ordres sert encore trop exclusivement à dépouiller une partie du monde non seulement de ses droits, mais de son honneur, en critiquant sans arrêt sa réputation.

De plus en plus, la population de nombreuses régions du monde est chassée de ses terres, qui sont accaparées à vil prix, par des transnationales et des sociétés du Nord.. financées par les banques occidentales. Plusieurs banques belges s’adonnent à ce commerce honteux et leurs directeurs pourtant en faillite, empochent de somptueuses récompenses.

Une autre évolution demeure envisageable. Elle nécessite notamment une refonte de la plupart de nos institutions démocratiques ainsi qu’une amélioration substantielle des grandes organisations internationales.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *