Publié le

Le besoin de guerre de la France, le Burundi, et M. Morsi

La République française n’a jamais existé. Le 8 thermidor an 4, c’est un putsch qui se produit. Les bourgeois font marcher la guillotine à tour de bras et pillent les biens des condamnés, mais accusent Robespierre, qui se bat pour sauver la paix, l’économie, la révolution, et le font guillotiner aussi. En France, les mensonges ont la vie longue.

Aujourd’hui encore, l’encyclopédie Wikipédia proclame que la journée du 8 thermidor a mis fin à la terreur. Or, toutes les mesures sociales de Robespierre seront abolies dans un délais très court. Robespierre a tenté de s’opposer à la guerre, mais les bourgeois envoient l’armée en Belgique. « Prenez tout », tel est leur ordre. Robespierre a réussi a restaurer la valeur des assignats, que les bourgeois ont réduite à deux fois rien à force de spéculer, mais ils continuent à spéculer, et bientôt ils feront la guerre à toute l’Europe pour tenter de sauver leur économie. En Vendée, c’est un massacre.
Après les guerres napoléoniennes, qui font des millions de victimes, et la restauration, ils se jetteront sur l’Algérie. Ce sera pire qu’un génocide. La population est réduite à la mendicité, et donc en esclavage, sa culture est détruite, les massacres sont systématiques, les atrocités aussi. En 1830, les Français provoqueront une révolution en Belgique. Une armée française se masse aux frontières prêtes à intervenir, dans l’objectif de piller la Belgique et d’y rester. Mais l’invasion n’a pas lieu. Les Anglais s’y opposent. Et une révolution éclate en France sur les entrefaites, la première d’une longue série. Les Français se jetteront ensuite sur le reste de l’Afrique, sur l’Indochine, la Chine, sur le plus possible de pays, et en pilleront les richesses systématiquement. L’abolition de l’esclavage en 1848 se soucie avant tout du sort et de trouver des compensations aux esclavagistes, et impose un tribut aux anciens esclaves. Ils rançonnent les Haïtiens au point de réduire la population à la misère la plus totale. Tout cela au nom de la révolution et d’une démocratie qui ne permet qu’à 5% de la population, toute masculine, de voter.
En 1870, rebelote. Napoléon Bonaparte a envie de conquérir la Belgique. C’est la théorie des frontières naturelles. Mais Bismarck l’en empêche et ses armées campent devant Paris. Après la défaite de 1870, les Français se vengent sur les Algériens. Ils feront du reste la même chose en 1945 lors du massacre de Sétif. La République qui vit pendant quelques mois durant la commune de Paris est remplacée par un régime oligarchique monstrueux qui multiplie les massacres tant en France qu’ailleurs. Ce régime oligarchique se lance ensuite à la conquête de l’Afrique équatoriale. C’est un génocide. C’est pire encore qu’au Congo de Léopold II. Mais c’est une cible plus difficile pour les marchands anglais qui critiquent seulement Léopold II. Les Français profitent de leur domination mondiale pour se vanter partout d’être des démocrates, de civilisés, et il est plus difficile de les critiquer.
La France prépare pendant 40 ans la guerre contre l’Allemagne qui éclate en 1914, mais ils auront besoin des USA pour la vaincre, et décident d’en faire une néocolonie également. Ils récupèrent l’Alsace, et en profitent pour mettre la main sur la Syrie et le Liban. Elle se sert de la Société des nations pour mettre la main sur une partie du Proche-Orient, mais, en fait, elle conclut des accords avec les Anglais dès 1915, les accords Sykes-Piquot, en vertu desquels elle s’octroie la moitié des possessions ottomanes. Ce sont encore des massacres. Mais il faut, bien sûr, condamner les Turcs à cause du génocide arménien. Les Français occupent le Cameroun. Ce sont de nouveaux massacres de masse. Ils provoquent encore un génocide en Indochine en 1940 parce que les Japonais les chassent du Vietnam.

Peinture de  Christopher Wool
Absent without Leave (partie)

Après la guerre de 1940-45, ce seront les guerres de décolonisation. La guerre d’Indochine. La guerre d’Algérie. Des millions de morts. Des assassinats sans fin. Des massacres. Mais ceux qui nient l’existence des chambres à gaz des nazis sont des négationnistes. L’Afrique, que plus personne ne pourra jamais développer est en fait mise sous tutelle, réduite en esclavage par le moyen de la dette, mais on parle de sphère d’influence.
Le pouvoir est à ce point cadenassé, les classes sociales à ce point étanches, l’opinion à ce point rendue absurde, les crimes tellement terribles, que le suffrage universel n’est qu’un tigre en papier.
En 1990, Mitterrand essaie même de mettre la main sur le Rwanda. On connaît la suite: 15 millions de victimes, dont 14 au Congo, auxquels les génocidaires rwandais soutenus, armés par la France, servent de prétexte.
Et, aujourd’hui, elle se sert de la Belgique, qui n’en demande pas tant, pour réclamer une intervention militaire au Burundi, comme en 1921, et provoque la Russie en lui volant des bateaux.
Les interventions européennes en Afrique devraient être considérées comme des crimes contre l’humanité. Les peuples néocolonialistes devraient être mis au ban des nations.
La démocratie ne peut pas exister en Afrique alors que les Africains n’ont rien à dire concernant leurs propres affaires, que leurs dirigeants font l’objet de critiques, de menaces systématiques, que ce sont les Français ou les Anglais, ou encore les Américains qui les désignent et les imposent, en faussant les élections, en intervenant militairement, ou en se servant de scrutins électoraux truqués. Aucune démocratie ne peut exister dans ces conditions. La démocratie ne peut pas plus exister en Haïti, qu’en Côte d’Ivoire, ou au Burundi. Les intellectuels qui ont écrit une lettre au gouvernement belge pour demander qu’il intervienne en Afrique disent des sottises. Le but de cette politique est de ruiner et ensuite de déporter la population burundaise dans les mines congolaises, et de mettre la main sur les terres agricoles du Burundi. Les Burundais ont réussi à survivre parce qu’ils ont réussi à partager les terres, et qu’ils l’exploitent de manière artisanale. Y introduire le machinisme détruirait ce pays, y provoquerait un tsunami antisocial de plus grande ampleur encore qu’au Rwanda en 1994. Le machinisme a mis des siècles à s’implanter en Europe et en a fait des puissances criminelles. Il en a détruit la paysannerie et a fait de l’industrie européenne une catastrophe environnementale, sociale, économique. Il est en train de détruire la nature et l’homme, en transformant en cauchemar la communication sociale. Les peuples doivent pouvoir choisir leur mode de développement, et faire les choix qui s’imposent à eux, et pas ceux qui intéressent les autres. Si la France veut intervenir quelque part, qu’elle intervienne en Egypte, qu’elle y rétablisse la légitimité démocratique, et qu’elle mette aux arrêts de rigueur, à fond de cale, son nouvel homme fort, ou au moins qu’elle condamne la parodie de justice qui vient d’y condamner à mort son président légitime, M. Morsi, qui n’a peut-être rien à voir avec Charlie, mais qui le vaut bien quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *