Publié le

Les démocrates et l’évasion fiscale

Les démocrates, ou plutôt ceux qui revendiquent officiellement ce label, quelquefois avec chaleur, ne sont pas portés sur l’égalité. Ils ne sont portés sur l’égalité qu’en ce qui concerne une minorité. Ils défendent une certaine logique égalitaire, pas une autre. Et ils défendent en même temps une logique inégalitaire.

Une idéologie, ça sert à dissimuler des choses. Y compris l’idéologie démocratique. Ça sert aussi à faire des procès, à condamner par exemple des lanceurs d’alerte comme Bradley Manning par exemple. Aux U.S.A., des lanceurs d’alerte sont condamnés pour atteinte à la sécurité de l’état, pour violation du secret, pour avoir communiqué des informations stratégiques, quand bien même ces informations concernent l’assassinat de centaines, voire de milliers de civils innocents. Leur sort est scandaleux.

Une idéologie sert à accuser des innocents lorsqu’elle parvient à invoquer des motifs plausibles. On se souvient des fameux procès de Moscou, datant d’une autre époque. Pour défendre les évadés fiscaux, les entreprises, qui fraudent le fisc, ou qui financent des monstruosités comme le terrorisme ou comme des coups d’état dans le tiers-monde, via des comptes offshore, les démocrates n’ont pas encore découvert de motif plausible. Il est évident que découvrir leurs odieuses manigances, et surtout leur façon de s’enrichir, leur manière de mentir, c’est ce que craignent le plus nos fameux démocrates.

Pour faire taire lanceurs d’alerte comme Antoine Deltour, certains invoquent le secret des affaires. Mais toutes les polices du monde violent le secret des affaires pour tenter de mettre la main sur des criminels. Il s’agirait par conséquent de faire un distinguo. Mais lequel? Invoquer la liberté économique, cela reviendrait à priver l’état de tout légitimité pour réclamer des impôts, à moins de faire des distinguos entre des catégories de revenus et de personnes. On parvient à faire des distinguos entre des catégories de revenus, le distinguo entre revenu de la propriété et revenu du travail par exemple. Mais il est difficile de faire des distinguos concernant des catégories de personnes. En principe, en effet, nos démocrates sont égalitaires.

Il s’agit non seulement de faire des distinguo, mais de les transformer en habitude de pensée, d’en faire une sorte de dogme. Pour cela, un jugement médiatique représente une bonne opportunité.

Certains démocrates semblent se conformer avant tout à certaines habitudes de pensée. Tout cela au nom de la liberté d’opinion, et de débattre de tout. Cela leur permet de faire plus facilement appel à leurs distinguos préférés.

Cela leur permet également d’imposer une certaine vision du monde et de justifier les écarts de revenus importants existant entre diverses catégories de personnes, raison d’être de toutes leurs manigances et sujet évident de fierté.

Faute de réussir à inventer un distinguo suffisant pour faire condamner un informaticien qui dénonce  l’existence de comptes offshore et qui met ainsi au jour toutes sortes d’affaires louches, une autre stratégie consiste à le harceler, à exercer sur lui des pressions extrêmement pénibles à supporter, à recourir à toutes sortes de menaces, à déployer une certaine forme d’arbitraire au regard duquel un procès en bonne et due forme ressemblerait à une promenade de santé s’il ne visait pas à légaliser ce harcèlement.

Tout cela ne semble du reste pas très méchant au regard de certaines horreurs perpétrées par la justice dans d’autres régions du monde.

En démocratie, du moins dans certains pays, la justice ne commet pas directement des crimes monstrueux, mais elle les rend inéluctables, en servant à justifier les mesures qui par exemple jettent à la rue des millions de chômeurs, ou à couvrir les crimes qui consistent à organiser des crimes de guerre en finançant des guérillas  ou des projets industriels dévastateurs consistant par exemple à exploiter des mines d’or dans le tiers-monde en déversant massivement dans la nature du cyanure ou de l’acide sulfurique. Tel est le problème principal qui justifie sans doute la mobilisation d’un certain nombre de gens contre l’évasion fiscale et principalement le manque de justice fiscale. De plus en plus de gens sont conscients que sans un minimum de justice fiscale et économique, des catastrophes de dimension planétaire, et par conséquent la guerre, sont inévitables, ce dont certains démocrates, qui s’ingénient à tout mélanger, ne semblent cependant toujours pas s’apercevoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *