Publié le

Engagement à reculons contre le réchauffement climatique

D’une manière presque unanime, la presse occidentale voit subitement dans Obama un grand leader en faveur du climat, tout cela parce que le 3 septembre, la veille de l’ouverture du G20 à Hangzhou, il a ratifié les accords de Paris sur le climat. Le Washington Post prétend qu’il s’est très bien entendu avec Xi Jinping, le président chinois, et que les Chinois n’auraient fait que l’imiter pour ainsi dire à cause de la grandeur et de l’immense prestige du premier président américain à moitié noir. Les Chinois suivraient les Américains comme des petits chiots. Bref, à en croire les médias occidentaux, ils manqueraient singulièrement de personnalité. Refrain bien connu qui fait partie de longue date des clichés les mieux établis au sujet des Chinois. De fait, c’est habilement joué d’Obama. Surtout qu’on ne parle plus des Russes qui ont l’air d’habiter une autre planète, ce qui est sans doute le cas. Les vilains Russes n’ont rien fait eux pour transformer en succès planétaire le sommet du G20 à Hanzhou, un sommet dont le but évident est de rassurer les institutions financières et le capitalisme, et de mettre en avant l’objectif monstrueux de la croissance. Moyennant une belle unanimité, les journalistes occidentaux soulignent aussi que les Chinois sont les premiers pollueurs. Ils ne seraient pas non plus très crédibles. Ils le seraient beaucoup moins que les Américains. Selon leurs dirigeants, les émissions chinoises de CO2 vont continuer à augmenter et elles pourraient encore augmenter de 50% d’ici à 2030. The Daily Telegraph, un journal anglais s’en étonne. Bref, ce traité ne serait qu’un miroir aux alouettes. Tout ça à cause des Chinois. Et des Russes, mais cela va sans dire. 
Grave, très grave mon cher Watson. Réfléchissons. La Chine émet à peu près la même quantité de gaz à effets de serre que les USA. Mais seulement depuis quelques années. A l’époque des accords de Kyoto, elle en émettait nettement moins, mettons 5 fois moins. les USA polluent la planète depuis un siècle, tandis que la Chine ne la pollue que depuis vingt ans. Deuxio, la Chine est l’atelier du monde. Cela signifie que la plupart des industries polluantes se trouvent en Chine. Comment les USA dont la population est 5 fois moins nombreuse font-ils pour polluer autant que les Chinois, alors que la plupart des usines américaines polluantes ont fermé leurs portes et ont été délocalisées dans le tiers-monde. La seule réponse possible à cette question, c’est que les consommateurs américains polluent autant que la plupart des usines polluantes du reste du monde et que tous les consommateurs chinois en même temps. Question? Est-ce qu’alors les Américains ne devraient pas faire un effort supplémentaire? Est-ce que si la Chine ne polluait pas autant, ils auraient fait quoi que ce soit pour cesser de polluer l’atmosphère et n’auraient-ils pas conservé le préjugé qui a été le leur jusqu’à présent, qu’ils ont le droit, eux et eux seuls, de polluer le monde entier sans avoir de compte à rendre à personne. Tel est du reste toujours le point de vue du sordide D. Trump. 
Quant aux Européens ils se dépêchent soi-disant pour signer le traité pour qu’ils entre en vigueur avant l’accession éventuelle de Trump au pouvoir, mais on dirait qu’on ne parvient pas à atteindre à temps tous les dirigeants de tous les pays européens. Pour mettre la Grèce à sac, ils s’entendent tous comme larrons en foire, mais pour limiter un tant soit peu le trafic autoroutier, ils répondent tous aux abonnés absents. 
Mettons-nous un instant maintenant à la place des Russes et des Chinois qui savent très bien que ces accords serviront uniquement à mettre en place des institutions ou des règles injustes, inégalitaires, qui pénaliseront plein de pays, sauf les plus pollueurs de la planète, c’est-à-dire ceux qui profitent de manière scandaleuse de la production mondiale de gaz à effets de serre. Ils serviront à pénaliser des pays dont on pille les ressources ou dont on exploite de manière scandaleuse le travail. Ces institutions vont aussi servir à exercer des pressions de toutes sortes sur une multitude de petits pays que les multinationales transforment en dépotoir et en mouroir sans qu’ils aient voie au chapitre. Les Russes n’ont-ils pas entièrement raison de boycotter ces accords de dupes qui ne serviront pratiquement qu’à faire valoir l’image de marque d’un pays et d’une diplomatie qui ne sert pratiquement qu’à monter le plus possible le reste du monde contre eux. 
Surtout que le traité ne prévoit pas le moins du monde comment les pays signataires sont censés atteindre leurs objectifs, excepté en délocalisant et en installant ailleurs des usines hyper polluantes et en faisant courir des risques supplémentaires à des populations déjà complètement démunies. Les Chinois comptent recourir à de nouvelles technologies. 
On peut également craindre qu’un système de sanctions politiques et économiques, voire militaires, particulièrement injustes, soit élaboré par les pays qui ont déjà à leur actif la mise en place d’une multitude d’institutions servant in petto à promouvoir leurs intérêts exclusifs. 
Bref, on n’est encore nulle part, on a même encore reculé un bon coup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *