Publié le

Dents serrées, dents pointues.. Et aussi quelques dents longues.

Panneau électoral à Saint-Gilles
DOSSIER ÉLECTORAL

 

À Saint-Gilles, pour tout dire, les jeux sont plus serrés qu’on ne l’espérait. Comme beaucoup de choses, la campagne électorale se meut progressivement en une sorte de duel. Tout dépend de la capacité des partis à se servir de leur poids électoral, de leur influence. Une fois de plus, c’est entre ECOLO et le PS que le débat électoral semble se polariser. Le CDH est également agressif à l’égard de la LB, mais faute de personnel politique, il ne parvient pas à jouer le rôle convoité d’outsider. Son agressivité renforce ECOLO. Le PTB s’est également montré agressif, mais il n’a pas réussi à faire figure dans le débat.

Le principal argument d’Ecolo, c’est la longévité de Picqué. Il serait temps de changer, etc.. Il faut partager les postes existants, a aussi expliqué Mme Morenville lors d’un débat organisé par une association. Cet argument n’est pas très convaincant. Il manque de vert; la mobilité, ce n’est pas top; la propreté à Saint-Gilles beuerk; la sécurité poserait un problème: voilà autant d’affirmations vraies, mais fausses en même temps, qui manquent donc en partie de fondement.
Ça ne vole pas très haut. Mais, à force de taper sur le clou, cela a un certain impact.

Sinon ECOLO manque un peu d’idées. Tout a l’air un peu vide. On est dans le j’aime, ou dans le j’aime pas. Plutôt dans le j’aime pas quand il s’agit de la Commune. Ce sont les mots donc, en partie, contre les actes.

Le bilan de la majorité en place joue un rôle positif. Mais il y a moyen de le critiquer facilement, de faire voir les choses à l’envers. Le débat, la lutte électorale peuvent transformer la réalité, la mettre ou pas en évidence, selon les cas. Bien que peu de choses soient mises réellement en évidence. Sans doute à cause du côté agressif de certaines critiques qui empêchent de bien comprendre à quoi on est confronté.

La créativité, l’innovation sont plutôt du côté du PS. Sauf sur le plan associatif. Le tissu associatif s’est étoffé ces dernières années. Et c’est Ecolo qui semble le plus pouvoir compter sur le poids de ces associations. En partie, parce qu’elles semblent plus indépendantes. En réalité, ce sont les associations d’habitants, de quartier, qui se sont créées à cause des bouleversements causés par une politique de grands travaux qui donnent du poids à Ecolo. Mais ces associations semblent surtout servir à critiquer la majorité. Elles servent de contrepouvoir. Ce n’est pas rien. Mais elles n’ont pas l’air de jouer un autre rôle. Sauf peut-être rue Saint-Bernard où l’une d’elle a servi à transformer la rue en rue cyclable, où les vélos ont la priorité sur les voitures. Pour trouver du travail à des gens, pour aider à réinsérer des jeunes dans la société, les associations auxquelles Ecolo reproche leur affiliation au P.S. ou à la Commune semblent avoir été plus efficaces. Ou le Centre d’entreprises, lié à la Région bruxelloise, situé rue Bernier. Ou encore la Smart, une coopérative. Mais ces associations n’organisent pas de débat préélectoral, leur site ne s’adressent pas aux habitants, au grand public, mais aux personnes concernées par leurs activités.
Le P.S. qui, naguère, avait l’air assez placide, dont le rôle et l’influence avaient surtout une origine idéologique, qui passait plus de temps à critiquer certaines structures, à essayer de les faire marcher, qu’à en créer de nouvelles, s’est transformé. Il contribue désormais un peu plus à créer le monde nouveau dont on a tant besoin. D’où, peut-être, les critiques dont il fait l’objet, qui permettent à Ecolo d’occuper le terrain, de parler d’innovation à sa place.
Le P.S. n’en fait pas tout un plat. Mais il serait dommage que les critiques inhibent sa belle créativité au lieu de la stimuler.

Dans le bas de la commune, dans les quartiers populaires, l’affichage est omniprésent. Les candidats communautaires sont très visibles dans les quartiers populaires. Des candidats qu’on entend peu ou pas, mais qui risquent de compter, de faire des voix, eux.
Le nombre d’affiches, leur grandeur, la quantité de tracts distribués dans chaque maison sont impressionnants. Le vert, le rouge, le bleu…, l’orange, tout ce matériel électoral semble servir à s’orienter, ou à symboliser les forces en présence. On dirait que c’est là surtout que se jouent les élections, à cause de la plasticité peut-être plus grande et de la mentalité de la population de cette partie de la commune. Beaucoup se disent très satisfaits par la Commune. Beaucoup cependant jugent que leur logement n’est pas à la hauteur, ou qu’on ne les a pas aidés comme il l’aurait fallu.

Est-ce à dire que ces élections se résument au nombre de candidats et d’affiches placardées sur les vitrines de magasins? Oui et non. Comme le dit Thomas Gunzig, dans son café serré de ce mercredi 10 octobre, les gens ne savent plus où ils en sont. Ce matériel ne permet pas de donner raison à un argument pour autant. L’influence d’un autre facteur peut se révéler prépondérante.

La plupart des candidats se distinguent par leur entregent. Ils ont tous l’air sympa. Chez Ecolo, ou au PTB, ils sont souvent assez jeunes, souriants. Mais le P.S. reste le parti du cœur.

Ecolo est présent dans les quartiers populaires, mais ses candidats ne recueillent de voix que parmi les bobos qui y sont de plus en plus nombreux, et parmi les chômeurs. Mais il manque à Ecolo un positionnement clair au sujet du chômage. II suffirait que ce parti avance à cet égard pour que les choses changent. Mais cela, ce sera peut-être pour les élections suivantes.

Les autres listes y sont pratiquement inexistantes. Y compris le MR. Le PTB et Gauches Communes sont souvent présents dans ces quartiers, mais leur attitude et leur discours ne séduisent pas beaucoup de monde. Défi fera peut-être un petit score dans le haut de la Commune. Les trois candidats de QQVF, dont les propositions sont assez originales, sont avant tout présents pour la forme. Quant à BUB, à part un toute boite, à quinze jours des élections, ses candidats ont réussi à se faire oublier.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.