Publié le

De la stigmatisation du chômage à la dictature du capital

Tous les jours, depuis des décennies, des chômeurs sont exclus du chômage, ou suspendus, ou ils doivent payer des amendes. Le mécanisme est bien réglé. Désormais, même ceux qui chôment en ayant travaillé à temps plein pendant longtemps sont confrontés à des problèmes. Ils doivent également prouver qu’ils recherchent activement du travail. Sur ce plan, aujourd’hui, tout le monde est logé à la même enseigne. Continuer la lecture de De la stigmatisation du chômage à la dictature du capital

Publié le

La morale et les élections présidentielles

 

L’effondrement est inévitable. Alors heureusement que les Français votent en faveur d’un champion de la morale, parce qu’il en faudra de la morale pour gérer la catastrophe. Continuer la lecture de La morale et les élections présidentielles

Publié le

La liberté

 

Qu’a-t-on fait de la liberté? Si on réfléchit, depuis qu’on est petit, on nous dit d’obéir, de nous taire, on nous dit souvent aussi ce que nous devons penser. On nous dit de réfléchir, de nous exprimer. On nous dit que nous sommes libres, et que cela nous autorise à choisir ce qu’on veut faire de notre vie, de faire ce qu’on veut, etc.. Continuer la lecture de La liberté

Publié le

Manifestation de chômeurs

La société prive de plus en plus de chômeurs de leurs allocations, elle les exclut, ou les sanctionne, en laissant entendre que ce sont eux qui profitent de la situation. Continuer la lecture de Manifestation de chômeurs

Publié le

Les questions que se posent les syndicats sont-elles les bonnes?

Remarquable débat, très instructif, à la FGTB ce jeudi 8 sur la RTT (réduction du temps de travail), qui faisait écho au nouveau livre de Pierre Larrouturou et de Dominique Meda, Einstein avait raison, il faut réduire le temps de travail. Sauf que comme l’a précisé Denis Desbonnet au moment du débat, ça fait 40 ans qu’on parle de réduction du temps de travail. En fait, cette dernière est la principale revendication du monde du travail depuis deux cent ans au moins comme le mentionne un fascicule de la FGTB (Osons prendre le temps) sur l’histoire de la réduction du temps de travail, .
Pour Jean-Pierre Page qui a écrit le livre Camarades, je demande la parole, les luttes se radicalisent, et le syndicalisme de lutte en redevient souhaitable, défendable, il représenterait à nouveau une perspective intéressante. Le livre de J.P. Page expose assez bien les failles du syndicalisme, sa collaboration dans la stratégie de démolition des acquis.
Continuer la lecture de Les questions que se posent les syndicats sont-elles les bonnes?

Publié le

Quelques mots au sujet de la fermeture de l’usine de Caterpillar à Charleroi.

Patatras ! C’est le mot : patatras. Une fermeture d’usine à l’américaine. Continuer la lecture de Quelques mots au sujet de la fermeture de l’usine de Caterpillar à Charleroi.

Publié le

Le Monument et le code du travail

Le Monument du Travail

Il a fallu 30 ans pour construire un monument pour y exposer les statues de travailleurs de Constantin Meunier. Plusieurs débats parlementaires et un concours furent nécessaires. Continuer la lecture de Le Monument et le code du travail

Publié le

Il faut redonner vie et sens à la lutte.

Que penser du nouveau projet du gouvernement d’étendre le Projet Individualisé d’Intégration Sociale (le « PIIS ») à tous les bénéficiaires du revenu d’intégration, autrement dit à ceux qui dépendent de l’aide des CPAS. Continuer la lecture de Il faut redonner vie et sens à la lutte.

Publié le

Lettre sur la situation à Bruxelles en général en cette période d’attentats.

Cher Martin,

Je m’exprime horriblement mal, ok. Je ne fais pas de différence entre les chômeurs et les autres travailleurs. Les chômeurs vont se former, ils vont à l’école, ou ils ont des rendez-vous, ou ils vont aider des potes, des parents, ou ils ont un boulot en noir, un petit boulot, un boulot d’une heure, d’un jour, des trucs pour lesquels il faut quand même se lever, seul ou pas, se grouiller, s’habiller, faire le tour de la ville dans les transports en commun, ou, ce qui ne vaut pas mieux, en voiture, dans la pollution, affronter la cité qui grouille, avec la crainte de ne rien avoir à faire le lendemain, de manquer de plein de choses quand même, ou d’avoir trop à faire, de ne pas bien les faire. Continuer la lecture de Lettre sur la situation à Bruxelles en général en cette période d’attentats.